dimanche 29 février 2004

20Q

J'ai testé le 20Q, trouvé chez ak, un truc qui essaye de deviner avec 20 questions le mot auquel vous pensez. J'ai tenté "neige", le programme a mis 28 questions pour y arriver (il a donc perdu, pourtant, dans un sursaut d'orgueil, il s'est senti obligé de souligner que "you win, but the computer did guess it eventually"), mais ce qui me fascine le plus c'est ça :

Similar Objects
a tear (crying), the universe, fog, a flood, a tear drop, a thunderstorm, a celebrity, a snow flake, anorexia, clouds, a raindrop, cellulite (fatty deposit).

vendredi 27 février 2004

En attendant la suite...

Ici aurait pu apparaître un post que vous pouvez toujours aller vous amuser à retrouver sur Post-Synchro, au milieu de 9 autres posts anonymisés.
Essayez de retrouver les auteurs, vraiment, on croit que, mais c'est pas si évident, en fait.

Le post a été remis à sa place, les résultats, j'en pense rien - ceux qui me lisent m'ont reconnu, à mon avis. Stou.

Lire la suite

mardi 24 février 2004

Pendant ce temps, à Vera Cruz

Nacara dit :
Moi j'ai failli acheter FFX2 aujourd'hui
Christophe Géradon dit :
Et tu ne l'as pas fait pourquoi ?
Nacara dit :
Et puis je me suis rappellé qu'il faudrait que j'achète une TV et une PS2 avant.

samedi 14 février 2004

Ma déclaration

Loin de moi l'idée de vouloir plier à la pathétique tradition de la Saint-Valentin, mais il m'est apparu comme une révélation que je les vénérais, ces gars-là. Ceux qui bossent aux éditions Au Diable Vauvert. Un nez incroyable pour trouver des auteurs de qualité. Des livres d'excellentes factures. Une présentation impeccable. Des traductions aussi nickels que faire se peut, pour ce que j'ai pu en constater. Un site très bien foutu qui permet, entre autres services, de lire en format PDF le premier chapitre de chaque roman, histoire de savoir ce que vous achetez, même sans bouger de votre chaise. C'est bien simple, ils ne m'ont jamais déçue. Alors moi qui suis étudiante-sans-le-sou (pléonasme), moi qui pinaille pour acheter un bouquin et suis prête à attendre patiemment, bien que la bave aux lèvres et les larmes aux yeux, qu'un roman sorte en poche plutôt que de m'éplucher la peau du cul et le fond du porte-monnaie à la recherche des dernières pièces que je n'ai pas, eh bien je traque leur petit logo dans toute la librairie, et je paye les yeux fermés, parce que je sais déjà que ça en vaudra la peine.
Vraiment, les mecs, je vous aime. Merci.

Edit : Flo déclare quant à elle son coup de coeur pour les éditions 10/18, et c'est vrai que rien que pour avoir édité les versions françaises des romans de Ellis, Hornby et Coupland, ils méritent ma reconnaissance éternelle.

jeudi 12 février 2004

Julia & Thomas

Aujourd'hui, en cours d'Expression & Ecriture, on m'a forcé à écrire. Je veux dire, prendre un stylo pour écrire A LA MAIN (je vous jure !) et inventer quelque chose à partir de presque rien. Style les rédac' de primaire, en fait, vous voyez ?
Il fallait que le texte en question contienne les mots amour, trousse de secours, tronconneuse, vibromasseur, Julia, Thomas, cadavre, barbapapa et St Valentin. Globalement, il semblerait que les autres aient parlé de couples qui vont au cinéma, des trucs normaux, mais moi non, pas moyen, il a fallu que je me fasse remarquer.
Je ne suis pas très douée en fiction, le texte est rempli de clichés, et je n'aime pas trop la fin. Mais je crois que je suis quand même assez fière de ma connerie.

Lire la suite

mercredi 11 février 2004

Pelote de liens #5

- Le temps de Janus. Je ne sais vraiment pas comme expliquer ça.
- Cha est dans ton ordinatron. Plutôt douée.
- La Secte des Partisans du Moindre Effort. Je ne peux que cautionner.
- rss4you, agrégateur en ligne. Via Mouche.
- La morgue par Andres Serrano (sujet de mon exposé en histoire de l'art).
- Les gens sont fous.
- Son of Destiny, celui-là, je l'attend.
- Vivienne Westwood, parce que les Rock'in.
- Quand j'étais petit... Comme son nom d'indique.
- Mouviz, diffusion de court-métrages et films indépendants. Via flo.

mardi 10 février 2004

Insomnie

Les nuits blanches engendrent les nuits blanches, et malgré mon état de fatigue avancé, pas moyen de fermer les yeux. Tant pis, je louperais mon arrêt demain matin.
Alors je sors les boîtes à trésors, remplis de mes souvenirs, que je traîne sans les ouvrir depuis plusieurs années. Que j'enrichis parfois de conneries en vrac, glissées en vitesse.
Cinq années de bazar, disons, de 93 à 98. En gros. Des photos de moi entourées de plein de gens dont je scrute les visages pour leur redonner un nom, une existence, en vain. Lucie, elle, je crois ? A quoi bon...
Une collection que j'avais oublié de sacs plastiques fantaisies. Des paroles de chansons, en veux-tu en voilà, écrites, imprimées, traduites. Des pages blanches et des cahiers vides à foison. La trace d'une correspondance destructrice. Des poèmes, mauvais, si mauvais qu'ils en deviennent touchants. Encore des photos, 4 ans entre le Vercors et les USA, la différence de qualité est flagrante, ils ont boosté leurs AP jetables entre temps.
Regarder les paysages magnifique de CalifornieArizonaNevadaUtah et se dire, putain, j'y étais. Retourner un coin d'enveloppe, voir inscrit "image n°17 envoyé à Romaric", encore un nom qui ressort du passé. Retrouver les sujets du Bac, du concours de Pharma.
Et puis des brochures, des notes, des postits, des cartes, un fouilli de saloperies que je pourrais aussi bien jeter. Des trucs pas forcèment très explicables : un carton de Toblerone qui fait toujours de la musique, un bloc-note en forme de pinceau, une banane remplie de flyers... Et, juste en dessous de mes premiers dessins, un peu froissés, des trésors.
Je retourne m'allonger, je ferme les yeux. J'ai revécu ma vie, maintenant j'ai le droit de mourir durant les 4 prochaines heures...

vendredi 6 février 2004

Rien à déclarer

Ne vous méprenez pas, j'ai une vie bien remplie. J'ai délaissé les soirées Parisiennes pour aller vivre une délicieuse semaine au rythme Liégeois. J'ai, et ça c'est incroyable, pogoté sur "Les Lacs du Connemara", le goût du Mazout collé à mon palais, à l'inracontable Louvain-La-Neuve, avec la jolie et très sympathique flo, après une soirée pourtant commencée calmement (bon, à la Smirnoff Ice) devant Evolution avec ses co-kotteurs. Et enfin, on m'a promis une Pando à domicile pour demain, l'apothéose, je ne vous dis que ça. J'en regrette réellement de regagner mes pénates dans trois jours et ma triste fac dans quatre. Et vous voudriez que je trouve un moment pour dire des trucs intéressants ici ? Si ma vie sociale continue sa courbe ascendante, Temps-Présence va finir par en pâtir. J'aime cette perspective, tiens. Pourvu que ça persiste et signe, j'ai des idées en tête pour transformer ce weblog moribond en quelque chose qui me convienne mieux.

jeudi 5 février 2004

C'est officiel

Je suis amoureuse.

Edit : Rah, les mal-comprenants, ça vous gâche toute la concision d'un post. Non, enfin, voyons, je ne suis pas réellement amoureuse de Berlinette, je ne la connais pas ! Je suis "juste" fan de ce qu'elle écrit. Grmbl.

lundi 2 février 2004

Mieux vaut tard que jamais

Comme les miennes se racornissaient lentement comme peau de chagrin - je cuisine les expressions populaires à ma sauce si je veux ! - j'ai fini par essayer le générateur de bonnes résolutions. La chose est catégorique :

S'evertuer brillament à vivre comme un fou.

J'obéirais donc.

dimanche 1 février 2004

Irreversible

Evidemment, juste quand je me dis que j'ai plus rien à dire, je trouve matière à post. Pas grave, je m'étais laissée une ouverture dans le précédent.
J'ai donc vu Irreversible aujourd'hui. J'avais évité d'aller le voir en salle parce qu'on m'avait dit qu'il était pis que dérangeant. Nauséabond, insupportable. Résultat, je l'ai regardé d'un bout à l'autre, sans détourner une fois les yeux, et je me pose des questions sur ma sensibilité : je me suis fait gravement chier durant ce film. Des plans-séquences interminables, une musique pénible pendant la moitié du film, des dialogues incompréhensibles, un montage qui m'insupporte, et puis le cassage de gueule qui ne me touche pas, la scène de viol qui arrive tout juste à me mettre mal à l'aise (en un sens, pour moi, c'est la seule scène qui vaut quelque chose dans ce foutu film), la longue scène finale de la vie du couple qui m'emmerde au plus haut point.
Et j'en arrive à me dire que le monde audiovisuel (ciné et télé) actuel a réussi à émousser ma sensibilité, jusqu'à me faire accepter l'inacceptable. Ca, ou ce film est une sombre merde.

Warning: mysql_query(): 6 is not a valid MySQL-Link resource in /home/nacara/nacara.net/weblog/inc/classes/class.mysql.php on line 170

Warning: mysql_error(): 6 is not a valid MySQL-Link resource in /home/nacara/nacara.net/weblog/inc/classes/class.mysql.php on line 227

Warning: mysql_errno(): 6 is not a valid MySQL-Link resource in /home/nacara/nacara.net/weblog/inc/classes/class.mysql.php on line 228